mini_1316851262mzdIl y a eu trois périodes dans la vie du plus grand groupe de hard rock allemand Scorpions (quatre si on tient à prendre en compte le pénible déclin qu'a vécu les groupes dans les années 1990-2000). La première se limite à un album, The Lonesome Crow, et à un style – planant et psychédélique –  très vite abandonné. La deuxième période, bien plus fameuse, est celle d'Uli Jon Roth ; elle s'achève avec la parution du live-testament qu'est le formidable Tokyo Tapes (1978). Et Lovedrive, paru en 1979, ouvre la troisième période du groupe. Rarement « tournant » fut aussi bien négocié puisque cette troisième période va largement eclipser les précédentes, en terme commercial surtout, puisque l'époque d'Uli Jon Roth conservera des irréductibles. 

Des inquiétudes vite dissipées

Il y avait pourtant de quoi être inquiet : Uli Jon Roth en désaccord avec l'orientation à donner au groupe et tenté par une carrière solo venait de quitter le groupe. Virtuose au style inimitable, le guitariste allemand était aussi un très bon compositeur, auteur d'à peu près la moitié des titres sur chacun des albums de Scorpions. Remplacé par l'inconnu total qu'était alors Matthias Jabbs, on avait tout lieu de regretter par anticipation le départ de Roth. Le seul point positif à son départ était bien le fait que dorénavant Klaus Meine serait l'unique chanteur du groupe et que les vocalises geignardes d'Uli Jon Roth nous seraient dorénavant épargnées. 

Les choses avaient été rendues encore plus trouble par un certain mic-mac sur le rôle de Jabbs puisque le frère cadet de Rudolf Schenker, Michael – fraîchement débarqué de UFO – faillit l'évincer. Ayant enregistré trois excellents solos pour Lovedrive il entama la tournée avec Scorpions avant d'être viré en catastrophe du fait de ses problèmes d'alcool et de comportement. Jabbs fut rappelé en urgence et depuis le groupe a compris la leçon puisque Jabbs est devenu la troisième tête du groupe depuis plus de trente ans. 

Un sans faute

Pourtant, au milieu de tout ce bazar, Scorpions a réussi à accoucher d'un album exceptionnel, un album dont régulièrement la moitié des chansons est encore jouées en live. Et cet album est exceptionnel sans doute car il a été celui d'un tournant totalement assumé : à écouter Lovedrive, il ne reste quasiment plus rien du Scorpions au hard rock fréquemment psychédélique, souvent poétique et toujours lyrique de jadis. Enregistré pourtant en 1979, Lovedrive semble totalement entré dans les années 80 tant l'objectif de l'efficacité est au premier plan. Excepté « Holiday » (dont le côté mystérieux et raffiné renvoie en partie à la période ultérieure), les compositions ne dépassent pas les quatre-cinq minutes. Les riffs sont accrocheurs en diable et assez simples. Les refrains très soignés. Quant aux paroles, elles sont à l'image de la couverture grivoise qui fit scandale : sans aucune recherche ni profondeur. Nous sommes loin des « Polar Nights » ou des « Sails Of Charon » de jadis. Le tout est soutenu par une production exceptionnelle de Dieter Dierks qui est peut-être en avance de dix ans sur ce qui se fera par la suite. 

À la composition, c'est Rudolf Schenker qui prend désormais tout sur ses épaules : ballades somptueuses comme « Holiday » ou « Always Somewhere », hard rock furieux, à la lisière de ce que commence à proposer la NWBHM (le nerveux « Another Piece Of Meat », le fougueux « Lovedrive », ou « Can't Get Enough »), hard rock mélodique qui annonce les succès ultérieurs (« Loving You Sunday Morning »). Schenker s'est tout de même permis une fantaisie : une chanson mixant de manière totalement improbable hard rock et reggae intitulée « Is There Anybody There ? » et ce pour une réussite indéniable. On remarquera tout particulièrement « Coast To Coast » pour sa construction à plusieurs parties de guitare et pour le superbe solo de Michael Schenker remplaçant avantageusement un Matthias Jabs encore loin d'avoir pris ses marques.

Klaus Meine au zénith

On ne peut évidemment parler de Lovedrive sans évoquer Klaus Meine. Certes ses lignes de chant sont globalement moins nuancées que jadis, mais il s'avère totalement impérial, affichant une forme vocale étincelante. C'est en partie en portant parfaitement le tournant de Lovedrive qu'il a confirmé qu'il était avec Dio et Ian Gillan, un des plus grands chanteurs de hard rock. 

On sait que les groupes qui ont connu des tournants musicaux marqués ont été l'objet de bien de controverses et ont souvent produit leurs pires albums dans ce cadre. Mais c'est tout l'inverse pour ce Lovedrive qui sera la pierre de touche autour de laquelle se construira le succès des Blackout et Love At First Sting à venir. 

Baptiste (9/10)

 

EMI / 1979

Tracklist (36:58) : 1. Loving You Sunday Morning 2. Another Piece of Meat 3. Always Somewhere 4. Coast to Coast 5. Can't Get Enough 6. Is There Anybody There ? 7. Lovedrive 8. Holiday