Author Archive

Osiah – Loss

Troisième album pour le groupe britannique basé à Sunderland, qui approche de la décennie au compteur. Le groupe ne change pas de fusil d’épaule, au menu du Deathcore un poil technique. Death Metal et Deathcore se mixent avec une lourdeur au poil et une production bien calibré. Agressif et percutant, Loss délivre une dose de Deathcore efficace à défaut de hérisser vraiment les poils, sans non plus se démarquer franchement. Le groupe coche toutes les cases : les vocalises abrasives, des passages agressifs, avec parfois une couche de tabassage en règle à coups de double grosse caisse (la sauvagerie développée sur  » Queen Of Sorrow « est très accrocheuse), sans négliger les multiples breaks et accélération de rigueur. C’est au fond une revue complete de toutes les figures de style imposées par le genre. Reconnaissons tout de même que les britanniques possèdent un savoir faire tel qu’on laisse l’album défiler sans en avoir la nausée ou l’envie de l’éjecter brutalement de sa playlist.

On note la présence de deux invités Jason Evans du groupe Ingested (sur le titre éponyme de l’album) et Ben Duerr de Shadow of Intent (sur The Eye Of The Swarm), dont les contributions ne sont pas fondamentales, mais doivent sans doute apporter un poil de notoriété qui ne fait jamais de mal.
Loss laisse une impression qu’il manque un ingrédient pour faire d’Osiah un groupe marquant qui sort du lot, sans doute un peu de personnalité au delà d’un savoir faire évident.
La seule faute de goût revient finalement à la promotion de du groupe qui élève Osiah au rang du « groupe le plus féroce du nord de l’Angleterre ». Rien que ça ? Sérieusement ? Modestement, à notre niveau, en terme de férocité britannique nous avons tendance à penser qu’Anaal Nathrakh est bien plus terrifiant qu’Osiah… qui ne démérite pas pour autant. Sans en faire des tonnes Loss mérite une écoute de la part de tout amateur de Deathcore qui tâche.

Hamster (7/10)

Osiah – Loss – Unique Leader Records – 2021
Tracklist (48 minutes) 1. Realm Of Misery 2. The Second Law 3. Paracusia 4. Queen Of Sorrow 5. Temporal Punishment 6. Loss (ft. Jason Evans) 7. Terracide Compulsion 8. The Eye Of The Swarm (ft. Ben Duerr) 9. War Within Our Walls 10. The Ominous Mind (Jaded Inside) 11. Celar Et Audax 12. Echoes 13. Already Lived

 

Le groupe de Death Metal mélodique finlandais Bloodred Hourglass, livre un nouveau single  » Nightmares Are Dreams Too « , extrait d’un nouvel album qui sortira dans quelques mois :

facebook.com/bloodredhourglass

 

Evile – Hell Unleashed

Evile, toujours à la pointe du retro thrash metal des années 1980, n’a pas rangé aux oubliettes son amour inconditionnel de Metallica, les ex Metal Militia (ça ne s’invente pas) remettent le couvert en 2021.
Après huit de silence discographique, le combo britannique repart animé des mêmes intentions qu’auparavant : asséner des compos thrash à l’ancienne, forcément survitaminé et rapide, avec en guise de concession à la modernité une production en béton.

Ce cinquième album se révèle de ce point de vue sans surprise. La production est au poil, la section rythmique tabasse comme il se doit dans le style énergique, mais le chant laisse lui une impression un poil à désirer. Le guitariste Ol Drake prend le relais de son frangin au chant. Un chant abrasif, monotone, qui se révèle sur la longueur être le maillon faible des compositions du groupe. Alors que le reste du groupe varie les tempos, sort des solis de guitare relevés, Ol Drake reste imperturbable dans un seul registre qui est un poil ennuyeux. Rendez nous Matt, les gars, soyez raisonnables…

Cela dit on peut aussi s’interroger sur le choix du groupe de se cantonner dans une seule direction, en proposant des compositions qui se situent dans une même formule, avec des accélérations qui surgissent toujours de manière prévisibles (même si toutefois il faut accorder a Evile une certaine efficacité dans l’exécution).

L’invitation du comédien Brian Posehn qui chante sur le titre  » Gore  » n’apporte pas grand chose à l’affaire. Pas plus que la reprise du titre de Mortician, Zombie Apocalypse qui ne sort pas du lot.
C’est un tantinet dommage après tant d’années de revenir avec un album solide mais qui ne passe pas le cap de l’exceptionnel. De la à se demander si le groupe n’aurait pas fait le tour du rétro thrash, et qu’engoncé dans son costume de fan de Metallica des années 1980, il se retrouverait un peu coincé.

Hamster (6,5/10)

www.facebook.com/evileuk

Napalm Records, 2021
01. Paralysed 02. Gore (Brian Posehn) 03. Incarcerated 04. War Of Attrition 05. Disorder 06. The Thing (1982) 07. Zombie Apocalypse (reprise Mortician) 08. Control From Above 09. Hell Unleashed