La canicule est bien installée. La chaleur étouffante. La fatigue règne. Mais l’enthousiasme demeure chez les festivaliers, toujours prompts à enquiller les concerts… La grande force du Hellfest réside dans sa programmation. Alors que certains seront attirés par les Mainstages, d’autres iront aussi chercher la rareté sous d’autres scènes.

Samedi 18 Juin 2022 :

Série B :

Avec Xentrix, les vieux fans de thrash-metal anglais ont été servis. Même si le line up n’est pas d’origine, les Britanniques se défendent bien malgré l’assistance clairsemée. Le vieux groupe de série B sort ses morceaux phares :« No crompromise », « For whose advantage », etc. Les titres issus du très bon Bury the pain se fondent avec bonheur dans la set-list. Au final, un concert bien trop court. Seul point négatif : l’absence du hit « Ghostbusters » que le groupe ne veut plus jouer.

Le gagnant du jour :

A peine arrivés sur scène, Justin Hawkins et ses acolytes enflamment la Mainstage. Comme souvent, The Darkness pète la forme. Alors, évidemment, tout coule de source : « Growing on me », « One way ticket », en passant par « Love is only a feeling ». C’est imparable.
Les looks sont improbables, ça chante aigu et l’énergie est palpable. Et le public fait un triomphe à ces vaillants Britanniques. Cerise sur le gâteau, Michael Starr de Steel Panther vient chanter avec Justin LE hit de The Darkness : « I believe in a thing called love » ! Après ça, on en aurait bien pris un peu plus, mais une chose est sûre : The Darkness se sont imposés comme les patrons de la journée.

C’est dans les vieux pots :

La vieille garde n’est pas en reste. Megadeth propose un show carré, puissant et enquille les tubes au kilomètre. Le père Mustaine a su s’entourer d’une belle équipe (Verbeuren Lomenzo et Loureiro) qui rend justice a ce répertoire mythique.

Quant à Deep Purple, vu par défaut, c’est la surprise. La set list est impeccable, le groupe plein de vigueur. La part belle est faite aux membres du groupe ; tous sont mis en valeur à un moment ou un autre. A noter un looooong solo de Don Airey qui a pu en crisper certains. Pas grave, cette figure mythique du classic rock s’en est tirée haut la main. Chapeau bas Messieurs, vous avez notre respect éternel.

Demi molle :

Steel Panther nous apporte la déconvenue du jour. Oui, Steel Panther joue comme jamais. Oui, c’est un groupe rigolo. Oui, Gronibard ne renierait pas le concept. Mais voilà, Steel Panther stagne. Ce concert était quasiment le même que celui de 2017 à quelques variantes près. Les tubes sont joués (« Community property », « Death to all but metal »…), mais trop de gimmicks polluent le show. Les jeunes demoiselles qui montent gigoter sur scène sur « 17 girls in a row », c’est mignon mais ça va 5 minutes, on est pas à un concert de Dropkick Murphy’s. C’est du déjà (trop) vu.

Ce happening lourdingue casse une dynamique qui pourrait faire des étincelles. Dommage. Seule bonne surprise : l’enthousiasmante reprise de « Crazy Train » plus vraie que l’original avec un Michael Starr possédé par l’esprit d’Ozzy.

Pendant ce temps-là :

Ghost a évidemment assuré un show dantesque, malgré les problèmes vocaux de Tobias Forge ; Sepultura aurait mérité de jouer sur une Mainstage ; les Washington Dead Cats ont été impeccables dans leur genre ; Exciter a le cuir dur comme le fer ; le black metal de Taake a su insuffler un peu de fraîcheur dans la fournaise de la Temple ; Flotsam & Jetsam prouve de concert en concert qu’il est définitivement autre chose que l’ex groupe de Jason Newsted…

A suivre (…)

Nico.

https://www.hellfest.fr/

Les photos de la seconde journée se trouvent ici.