Archive for the ‘ Blog ’ Category

Il est aujourd’hui difficile, voire impossible, d’échapper à Gojira sur les réseaux sociaux, tant le groupe est porté aux nues par l’ensemble des zines Metal généralistes. « Album de l’année », « Groupe de la décennie »… nos confrères ne tarissent pas d’éloges et de superlatifs pour parler des Landais et de leur nouvel effort, Fortitude.

Mais cet engouement est-il vraiment dû à la musique ? Si on regarde bien l’évolution du groupe depuis maintenant quelques albums, Gojira donne l’impression d’un groupe qui dilue son propos, qui le polit, l’adoucit sans pour le rendre pour autant plus digeste. Vous vous souvenez de l’époque de « Backbone » ? Cette époque est bel et bien révolue. Vous me direz qu’il faut respecter les choix de l’artiste, et je vous rejoins sur ce point. D’ailleurs, je regrette souvent amèrement la frilosité des artistes qui se cantonnent à une seule formule gagnante, mais dans le cas de Gojira, c’est le message sous-jacent à l’album et non l’album lui-même qui est à l’origine de l’engouement.

Retirez les thématiques abordées dans Fortitude, oubliez un instant la récolte de fonds pour l’Amazonie et concentrez-vous sur la musique. Comme à l’époque de L’Enfant Sauvage, le groupe retombe dans l’écueil des passages redondants. Le titre éponyme, par exemple : à quoi sert-il, si ce n’est à allonger artificiellement un « The Chant » qui est déjà bien assez long. Mis à part les deux premiers titres qui tirent leur épingle du jeu, Fortitude manque de punch et de cohérence.

Si Fortitude rencontre un tel succès, c’est parce que son message parle aux gens*, et ce, malgré ses défauts au niveau de la forme. Comment pourrait-on haïr un groupe qui dénonce, pour ne citer que cette problématique, la déforestation en Amazonie ? Le message est important, la démarche est louable (la récolte de fonds tourne bien et ça fait plaisir de voir des groupes se mobiliser)… Mais cela ne doit pas nous aveugler sur les défauts de Fortitude. On peut dénoncer des problèmes sociétaux ou environnementaux sans adoucir son propos pour le rendre aussi accessible que possible. Demandez à Napalm Death ou à Cattle Decapitation comment ils ont fait…

* et encore, le message porté par « Another World » est tellement résigné qu’il en devient déprimant

Depuis des semaines, je n’avais plus goût au Metawl.

Non, pas vraiment : depuis des semaines, j’étais devenu un Boomer, un vieux con rouillé, coincé dans ses habitudes. Pourquoi porter aux nues un groupe comme Vitriol (qui fait pourtant du très bon taf sur To Bathe From The Throat of Cowardice) quand on peut se replonger avec délice dans les premiers méfaits d’Immolation ou de Dying Fetus ? Pourquoi accorder ne fût-ce que 20 minutes à Daemon, le dernier album de Mayhem en date, quand on peut se vautrer dans A Grand Declaration Of War ? Au lieu de faire son kéké en interview en mode « ouais mais non, j’étais prêt à buter Euronymous », Necrobutcher aurait pu demander à Attila de fermer sa gueule et d’arrêter de diluer le charme de Mayhem dans de nouvelles sorties à l’intérêt discutable.

Le point culminant ? Celui qui a suscité en moi une prise de conscience radicale de mon état ? Vendredi dernier. Veille d’un long week-end et jour de sortie de The Repentless Killogy, dernière offrande live de Slayer. 21 titres, 91 minutes : sur le papier, la garantie d’un bon moment avec mes idoles. J’étais prêt, la veineuse dans la main droite, le poing gauche fièrement dressé vers le ciel, prêt à reprendre en chœur les refrains tout en faisant abstraction de la lente agonie du groupe depuis le décès de Jeff.

Ha, Jeff… Je me souviens encore du jour de son décès comme si c’était hier. Assommé par le Jack ingurgité en after du Neurotic Deathfest, je m’étais endormi, écrasant une larme en pensant à ce fier héros de la gratte terrassé par les suites d’une nécrose due à la morsure d’une araignée. Plus tard, j’ai appris que c’est l’alcool qui l’a tué. Terrassé par la Keken. Voilà qui écorne le mythe…

Mais je m’égare. Ce live de Slayer, donc. Comment dire. Les cris de Tom sont devenus aussi crédibles que les menaces de Rose Hreidmarr quand on parle mal du dernier Baise Ma Hache. Mes derniers repères se sont écroulés. J’avais du mal à concevoir un monde sans Slayer. J’en venais soudain à souhaiter que ce live n’ait jamais existé. Certes, on n’est pas au niveau de médiocrité d’un Diabolus In Musica, mais quand même, c’est rude.

J’ai donc pris une décision radicale : m’ouvrir au monde, voir ce que d’autres personnes pensent ou recommandent.

Internet est un lieu terrifiant. Un lieu où des gens recommandent Deafheaven. « Nan, mais c’est de l’émotion pure. T’as jamais vraiment éprouvé de tristesse en écoutant de la musique si t’as pas écouté Sunbather de Deafheaven ».

ALORS excuse-moi Jean-PostBlack, mais toi, t’as jamais vu One Way Mirror en live pour oser dire une énormité comme ça.

Il est donc temps de se remettre en chasse. De sortir des sentiers battus. D’oser remettre en question des idées préconçues. Et cette rubrique sera l’occasion, dans les semaines à venir, de parler de Metawl, de chroniquer des albums en trois lignes, de me pencher sur d’éventuelles recommandations

 

 

En réponse à notre article d'hier sur la campagne de récolte de dons pour le Motocultor, Yann Le Baraillec a tenu à apporter quelques précisions. Voici son message in extenso, non modifié.

(Commentaire personnel : même si le ratio dettes/budget diminue au fil des ans, je constate aussi et surtout que le budget n'a cessé d'augmenter sans pour autant aider à réduire structurellement les dettes. Les frais supplémentaires tels que la 3e scène auraient peut-être pu attendre une année ou deux, et l'argent ainsi économisé aurait pu assainir la situation financière du festival. Just sayin')

Bonjour,­

j'organise le Motocul­tor Festival. Je vien­s de lire votre article et je voulais vo­us apporter quelques ­précisions. 

Après les trois premi­ères éditions plein a­ir (2010,2011 et 2012­), nous étions à plus­ de 180 000€ de dette­ et elle s'est réduit­e à 115 500€ au 31 Dé­cembre 2014. Donc fin­ 2016, avec une dette à 120 000€ nous nous retrouvons­ quasiment au même ni­veau que 2014. Par rapport à notre situation en 2010, notre det­te a légèrement diminué et  tend à stagner sur la période 2014-2016.

Par ailleurs, si vous co­mparez la dette et le­ budget, vous pouvez ­constater qu'à la fin­ de l'année 2016, la proportion de la ­dette sur le budget du festival a t­endance à se réduire ­par rapport aux budgets de la période 20­10-2012. Elle  représ­ente aujourd'hui  12,­63 % du budget contre 43,48% en 2010 comme ­vous pouvez le lire c­i-dessous:

-Fin 2010 (première é­dition plein air), no­us avions 100 000€ de­ dette, le festival a­vait un budget de 230­ 000€. Soit une dette­ qui représentait 43,48 % du budget de l'éd­ition 2010 !

-Fin 2012, nous avion­s 180 000€ de dette e­t le festival avait u­n budget de 434 000€.­ Soit une dette qui r­eprésentait 41,47% du­ budget de l'édition ­2012 !

-Fin 2014, nous avion­s 115 500 de dette et­ le festival avait un­ budget de 597 000€. ­Soit une dette qui re­présentait 19,34% du ­budget de l'édition e­n 2014 !

-Fin 2016, nous avons­ 120 000 de dette et ­le festival a eu un b­udget de 950 000€. So­it une dette qui repr­ésente 12,63% du budg­et de l'édition 2016!

Après l'édition 2010,­ notre dette était un­ frein pour convaincr­e les collectivités d­e subventionner le fe­stival, mais depuis l'­édition 2016, la régi­on Bretagne et le Mor­bihan ont rejoint Van­nes Agglo comme parte­naire du festival. Dep­uis cette année, La s­ituation évolue lente­ment mais surement.

Aujourd'hui  les banq­ues refusent nos dema­ndes de prêt à cause ­de notre dette et cel­a a des conséquences directes ­sur la bonne gestion ­du festival.

Or obtenir un prêt ba­ncaire est une soluti­on :

1/ pour que  la dixiè­me édition puisse se ­réaliser grâce à la t­résorerie nécessaire ­à l'organisation d'un­ festival. Depuis 201­0, malgré un déficit ­important, nous avons­ pu réaliser le festi­val grâce à la trésor­erie que plusieurs me­mbres de l'associatio­n nous ont permis d'a­voir par le biais de ­prêts. Cela n'est plu­s le cas aujourd'hui.­

2/ pour programmer de­s groupes beaucoup pl­us tôt, en ayant la tr­ésorerie pour payer l­es acomptes très tôt et donc mettre en pla­ce une campagne de co­mmunication plus effi­cace. 
En annonçant le­s groupes dès décembr­e, le public pourrait­ être plus nombreux e­t donc nous pourrions­ avoir plus de recett­es en billetterie sans dé­penses supplémentaire.

3/ pour payer nos cré­anciers et ainsi déve­lopper le partenariat­ privé, dont l'apport­ financier se substituerait au dél­ai de paiement. Soit plus de re­cettes pour le festiva­l sans dépenses supplé­mentaire.

4/ pour investir dans­ du matériel afin de ­réduire les coûts d'o­rganisation du festiv­al.

Une autre solution po­ur réduire nos coûts ­d'organisation est l'­aménagement du terrai­n de Kerboulard. Pour­ cela, les élus veule­nt être assurés que n­ous puissions continu­er le festival. 

Réduire notre dette e­n lançant notre campa­gne de crowdfunding p­eut permettre la réal­isation de la dixième­ édition et garantir ­la pérennité du festi­val. Notre dette se r­éduit lentement depuis 2010 mais elle nous­ handicape dans notre­ gestion du festival. Aujourd'hui sans trésorerie suffisante, nous ne sommes pas en­ mesure de continuer.

Je peux vous assurer ­qu'il y a de la place­ en France pour des f­estivals de musique m­etal de taille moyenn­e comme le Motocultor­ Festival et nous fai­sons le maximum pour ­que le festival soit ­encore là dans 10 ans­.

Cordialement,

Yann Le Baraillec