Archive for the ‘ Chroniques ’ Category

Abbath – Outsrider

Olve Eikemo est un cancre. Vous savez, le genre de gamin turbulent, mais doué, qui ne pense qu’à squatter le radiateur de la 3ème B. Le môme qui veut faire rire la classe et qui ne se foule pas trop pour réviser sa géo. Abbath, c’est un peu tout ça mais en version black-metal norvégien. Desservi par les réseaux sociaux, le Norvégien s’est considérablement grillé avec des vidéos frisant le ridicule. Au point que beaucoup en ont oublié le principal : la musique.

Pour ce deuxième essai solo, Abbath a effectué un sérieux resserrage de boulons. Désormais, divers exécutants gravitent autour du boss. Abbath (le musicien) a désormais les coudées franches. Musicalement, ça s’entend ; Outsrider est comme une bonne suite de blockbuster américain. Dans la continuité du premier opus, tout y est plus grand, plus fort… meilleur.

Outsrider n’a pourtant pas la prétention de réinventer la roue ; il reste en terrain connu : un black-metal où les influences purement heavy-metal éclaboussent des compositions épiques. C’est du solide. A l’image de « The artifex » où le Norvégien se fait plaisir en étalant sans complexe ses influences. Le gars a clairement grandi en écoutant Judas Priest et Iron Maiden. On a connu pire comme influences. Autre bon point, l’album s’écoute d’une traite et on en reprendrait même un peu plus. C’est solide, propre, d’une efficacité à toute épreuve. Du travail bien fait qui fera des étincelles sur scène.

Alors oui, nous aurions bien aimé tirer sur l’ambulance et nous moquer du deuxième solo de Abbath. Que nenni, ce ressaisissement musical laisse bouche bée. Parce que, malgré le bad buzz et les « guignoleries » du peinturluré, nous avions juste oublié que le mec avait encore du talent.

Nico (9/10)

Site Officiel : http://www.abbath.net/

Season Of Mist /2019

01. Calm In Ire (Of Hurricane) 02. Bridge of Spasms 03. The Artifex 04. Harvest Pyre 05. Land Of Khem 06. Outsrider 07. Scythewinder 08. Hecate 09. Pace Till Death (Bathory cover)

Kristian Eivind Espedal est un personnage complexe. Atypique, il est un acteur incontournable de la scène black-metal norvégienne ; tout en traînant derrière lui une réputation sulfureuse. Après quelques mésaventures (tour par la case prison, procès avec Gorgoroth, split de God Seed), il décide enfin de prendre son destin en main en formant SON groupe, Gaahls WYRD.

Seul maître à bord, Gaahl se libère et se révèle sous son meilleur jour. GastiR – Ghosts Invited est une œuvre cathartique, reflétant avec fidélité l’univers du chanteur. Il s’agit ici d’une transcription musicale de ses nombreux démons intérieurs.
Le black-metal est évidemment au centre du débat (« Ek Erilar », « Veiztu Hve »), mais le rendu est très nuancé. Gaahls WYRD offre ici une musique introspective et surprenante qui se permet toutes les audaces (les vocaux du titre éponyme, le mélancolique « Carving the voices »). Les influences heavy-metal sont nombreuses et ajoutent une réelle valeur ajoutée à l’ensemble (« The speech and the self »). Sur la longueur, ces huit titres profonds et intenses envoûtent et s’enfilent d’une traite.

Gaahl réussit donc le pari d’exister pour lui-même au travers de sa musique. Fruit d’une collaboration avec Lust Kilman, ex-partenaire de God Seed, ce premier Gaahls WYRD est un succès. Un album exigeant au potentiel énorme dont on attend la suite avec impatience.

Nico (9/10)

Site Officiel : https://www.facebook.com/gaahlswyrd

Season Of Mist /2019

01. Ek Erilar 02. From the Spear 03. Ghosts Invited 04. Carving The Voices 05. Veiztu Hve 06. The Speech And The Self 07. Through And Past And Past 08. Within The Voice Of Existence

Depuis 1999 et sa signature sur le label Roadrunner, Slipknot a enchaîné réussites sur réussites (Slipknot, Iowa, Volume 3 : The Subliminal Verses) pour devenir ce qu’il est aujourd’hui : une référence pour une génération entière de métalleux. Après une période compliquée, suite à la perte de leur bassiste Paul Gray, Slipknot a pris son temps. Il a fallu cinq années pour que Corey Taylor and co. accouchent de We Are Not Your Kind.

Bonne nouvelle, l’attente valait la chandelle. Après le cathartique, mais raté, .5 : The Gray Chapter, la troupe de Des Moines redresse la barre. Ce septième album commence avec un tube plaqué or. Deux, trois écoutes de « Unsainted » suffisent pour que son refrain reste en tête. Agressif et mélodique, le méchant « Birth of the cruel » est la pépite de cette nouvelle collection. Poursuivons avec « Nero forte », qui assomme l’auditeur, et « Spiders » qui surprend par sa subtilité. C’est en s’inspirant d’un passé personnel et professionnel perturbé (on parle ici de changement de line-up, de divorce, de poursuites judiciaires, etc.) que Slipknot se révèle le plus accrocheur (« Critical darling », « A liar’s funeral »).

Mais attention, We Are Not Your Kind n’est pas pour autant parfait. Les deux interludes (« Death because of death » et « What next ») cassent nettement le rythme et les quatre derniers morceaux en sont le ventre mou.

Le constat est malgré tout positif pour ce mastodonte du metal moderne. Sortir un album réussi aux deux-tiers est respectable. Pas mal de groupes devraient s’en inspirer.

Nico (7,5/10)

Site Officiel : https://slipknot1.com/

Roadrunner/2019

01. Insert Coin 02. Unsainted 03. Birth Of The Cruel 04. Death Because Of Death 05. Nero Forte 06. Critical Darling 07.A Liar’s Funeral 08. Red Flag 09. What’s Next 10. Spiders 11. Orphan 12. My Pain 13. Not Long For This World 14. Solway Firth