oshy_itw_Surviv_01

01. Pour quelqu’un qui découvrirait le groupe avec ce nouvel album, que pouvez-vous nous dire vous concernant ?

SURVIVAL existe dans la Bay Area californienne depuis cinq ans maintenant. Shayda s’avère être notre troisième sortie professionnelle et indépendante (parmi beaucoup d’autres). Nous avons dû faire face à bien des hauts et des bas toutes ces années mais nous avons persévéré.

 

02. Si vous deviez résumer le groupe en trois mots, quels serait-ils et pourquoi ?

Abrasif, déviant et honnête. Notre musique est lourde, puissante. A nos débuts, notre son lorgnait d’abord vers le thrash mais en grandissant, le son a évolué vers notre propre interprétation des genres métal et hardcore. Beaucoup ne nous reconnaissent pas en tant que groupe et il en va de même de nos albums car notre son appartient à un collectif différent, pas simplement thrash ou hardcore. C’est pourquoi nous n’adoptons pas les codes de ces genres au niveau vestimentaire et nous n’essayons pas de correspondre absolument aux canons métal, hardcore, punk, garage, doom ou d’autres.

oshy_itw_Surviv_02

03. Quelle était votre idée, votre ambition au moment d’entamer le travail sur votre nouvel album ?

A travers un programme qui s’appelle MusiCares, j’ai pu vivre dans une maison à Hollywwod en Californie tout au long de l’année 2014. Et depuis, nous avons sorti deux autres disques indie. Je me sentais assez seul là-bas (je viens de la baie de San Francisco) et donc je restais assis, j’écrivais… Je me suis finalement retrouvé avec de nombreuses chansons un peu orphelines à enregistrer (c’est encore le cas aujourd’hui, une année plus tard) et j’ai donc décidé de ne pas les laisser patienter plus longtemps donc cela a donné un nouvel album.

 

04. Que peux-tu nous dire de la composition et de l’enregistrement de cet album ?

Trois jours en janvier abec Zack Ohren aux SharkBite studios à Oakland. C’est cool d’enregistrer avec lui car souvent il y a beaucoup de gens en studio et donc tu n’avances pas. Là, nous sommes restés concentrés. Nous avons eu le plaisir d’accueillir sur l’album Kyrsten Bean, une musicienne un peu dingue et une amie qui a assuré quelqu