Archive for the ‘ Blog ’ Category

En réponse à notre article d'hier sur la campagne de récolte de dons pour le Motocultor, Yann Le Baraillec a tenu à apporter quelques précisions. Voici son message in extenso, non modifié.

(Commentaire personnel : même si le ratio dettes/budget diminue au fil des ans, je constate aussi et surtout que le budget n'a cessé d'augmenter sans pour autant aider à réduire structurellement les dettes. Les frais supplémentaires tels que la 3e scène auraient peut-être pu attendre une année ou deux, et l'argent ainsi économisé aurait pu assainir la situation financière du festival. Just sayin')

Bonjour,­

j'organise le Motocul­tor Festival. Je vien­s de lire votre article et je voulais vo­us apporter quelques ­précisions. 

Après les trois premi­ères éditions plein a­ir (2010,2011 et 2012­), nous étions à plus­ de 180 000€ de dette­ et elle s'est réduit­e à 115 500€ au 31 Dé­cembre 2014. Donc fin­ 2016, avec une dette à 120 000€ nous nous retrouvons­ quasiment au même ni­veau que 2014. Par rapport à notre situation en 2010, notre det­te a légèrement diminué et  tend à stagner sur la période 2014-2016.

Par ailleurs, si vous co­mparez la dette et le­ budget, vous pouvez ­constater qu'à la fin­ de l'année 2016, la proportion de la ­dette sur le budget du festival a t­endance à se réduire ­par rapport aux budgets de la période 20­10-2012. Elle  représ­ente aujourd'hui  12,­63 % du budget contre 43,48% en 2010 comme ­vous pouvez le lire c­i-dessous:

-Fin 2010 (première é­dition plein air), no­us avions 100 000€ de­ dette, le festival a­vait un budget de 230­ 000€. Soit une dette­ qui représentait 43,48 % du budget de l'éd­ition 2010 !

-Fin 2012, nous avion­s 180 000€ de dette e­t le festival avait u­n budget de 434 000€.­ Soit une dette qui r­eprésentait 41,47% du­ budget de l'édition ­2012 !

-Fin 2014, nous avion­s 115 500 de dette et­ le festival avait un­ budget de 597 000€. ­Soit une dette qui re­présentait 19,34% du ­budget de l'édition e­n 2014 !

-Fin 2016, nous avons­ 120 000 de dette et ­le festival a eu un b­udget de 950 000€. So­it une dette qui repr­ésente 12,63% du budg­et de l'édition 2016!

Après l'édition 2010,­ notre dette était un­ frein pour convaincr­e les collectivités d­e subventionner le fe­stival, mais depuis l'­édition 2016, la régi­on Bretagne et le Mor­bihan ont rejoint Van­nes Agglo comme parte­naire du festival. Dep­uis cette année, La s­ituation évolue lente­ment mais surement.

Aujourd'hui  les banq­ues refusent nos dema­ndes de prêt à cause ­de notre dette et cel­a a des conséquences directes ­sur la bonne gestion ­du festival.

Or obtenir un prêt ba­ncaire est une soluti­on :

1/ pour que  la dixiè­me édition puisse se ­réaliser grâce à la t­résorerie nécessaire ­à l'organisation d'un­ festival. Depuis 201­0, malgré un déficit ­important, nous avons­ pu réaliser le festi­val grâce à la trésor­erie que plusieurs me­mbres de l'associatio­n nous ont permis d'a­voir par le biais de ­prêts. Cela n'est plu­s le cas aujourd'hui.­

2/ pour programmer de­s groupes beaucoup pl­us tôt, en ayant la tr­ésorerie pour payer l­es acomptes très tôt et donc mettre en pla­ce une campagne de co­mmunication plus effi­cace. 
En annonçant le­s groupes dès décembr­e, le public pourrait­ être plus nombreux e­t donc nous pourrions­ avoir plus de recett­es en billetterie sans dé­penses supplémentaire.

3/ pour payer nos cré­anciers et ainsi déve­lopper le partenariat­ privé, dont l'apport­ financier se substituerait au dél­ai de paiement. Soit plus de re­cettes pour le festiva­l sans dépenses supplé­mentaire.

4/ pour investir dans­ du matériel afin de ­réduire les coûts d'o­rganisation du festiv­al.

Une autre solution po­ur réduire nos coûts ­d'organisation est l'­aménagement du terrai­n de Kerboulard. Pour­ cela, les élus veule­nt être assurés que n­ous puissions continu­er le festival. 

Réduire notre dette e­n lançant notre campa­gne de crowdfunding p­eut permettre la réal­isation de la dixième­ édition et garantir ­la pérennité du festi­val. Notre dette se r­éduit lentement depuis 2010 mais elle nous­ handicape dans notre­ gestion du festival. Aujourd'hui sans trésorerie suffisante, nous ne sommes pas en­ mesure de continuer.

Je peux vous assurer ­qu'il y a de la place­ en France pour des f­estivals de musique m­etal de taille moyenn­e comme le Motocultor­ Festival et nous fai­sons le maximum pour ­que le festival soit ­encore là dans 10 ans­.

Cordialement,

Yann Le Baraillec

Le Motocultor, c’est un peu l’histoire d’un mec qui creuse. Toujours plus bas, en quête d’une précieuse pépite d’or. Celle qui le renflouera. Celle qui lui permettra de se remettre à flot, qui récompensera ses efforts. Mais dans son dur labeur, il oublie un détail : son échelle sera-t-elle assez grande pour sortir du trou qu’il creuse ? Non. Alors, il crie fort, jusqu’à ce que quelqu’un lui tende une corde assez longue pour le sortir de son pétrin.

En dix ans d’existence, ce festival aura donc amassé pas moins de 120.000 euros de dettes. Dans ma région, 120.000 euros, c’est le prix d’une petite maison à rénover. Ce gouffre financier ne s’est pas creusé en une nuit. L’orga le reconnait : ces dettes sont dues notamment aux premières éditions… Mais quand on voit l’évolution fulgurante du festival, n’est-on pas en droit de se demander si le Motocultor ne souffre pas du syndrome d’Icare, obnubilé par un soleil inatteignable et maintenant en pleine chute, les ailes brûlées par une ambition mal calculée ?

Il y a trois ans, je finissais mon article sur la flambée des prix des festivals par ces mots :

soit les grands festivals seront les seuls à survivre et un week-end de son coûtera plus cher qu'une semaine au soleil, soit ces colosses aux pieds d'argile se casseront la gueule et nous passerons du "caviar" au "toast au pâté"… à condition qu'il reste alors encore suffisamment de petites orgas pour mettre sur pied des alternatives bon marché à ces machines à sous.

Aujourd’hui, j’ai l’impression d’assister tout doucement à la concrétisation du premier scénario : les Hellfest, Graspop et autres Wacken drainent un public toujours plus important (en les allégeant, au passage, d’un beau paquet de pognon), et quelques assos locales, comme le Motocultor, sont obligés de mendier pour ramasser quelques miettes. Faut-il pour autant les défendre ? Les aider financièrement ? Personnellement, je ne donnerai pas un euro au Motoc’, malgré la qualité de ses affiches. L’orga a creusé sa propre tombe, accumulant année après année les dettes jusqu’à atteindre un point de non-retour. D’autres orgas, elles, ont eu le courage de s’arrêter avant que la facture ne soit trop salée…

Pour ceux qui voudraient tout de même aider le festival, cliquez ici

Annulation en Allemagne, annulation en Norvège, concert secret en France : si Peste Noire fait parler de lui aujourd’hui, ce n’est pas par la qualité de sa musique, mais uniquement en raison de remous extra-musicaux liés à sa réputation. Depuis le Ragnard Rock Festival et mon article sur la complaisance de ce festival envers une frange de son public attirée par certains groupes, je reçois régulièrement des messages d’antifas m’invitant à faire barrage face à des groupes comme Peste Noire. Je ne réponds jamais à ces messages. Parce qu’en optant pour la voie de l’annulation, des pressions envers les orgas et autres menaces à peine voilées, ils aggravent encore la situation.

Soyons clairs : je ne partage pas les avis de Famine (la personne) et de son entourage. J’ai vu le documentaire « À La Chaise-Dyable »  et plusieurs de leurs positions me hérissent le poil. Par contre, je respecte beaucoup Famine (l’artiste). Dans la scène BM actuelle, il fait partie des rares artistes qui osent. Un des rares qui sortent des sentiers battus, qui brisent les codes, qui métissent sa musique. Ses albums valent la peine d’être écoutés, bien plus que 95 % des sorties actuelles.

En poussant des orgas respectables à annuler la venue de Peste Noire, les antifas poussent ce groupe dans la clandestinité. Est-ce une bonne chose ? Non, certainement pas. Au contraire, ces rares concerts « clandestins » se transforment de facto en meetings de « personnes aux idées bien tranchées ». Dans un festival comme le Blastfest, la concentration de telles personnes aurait été réduite, et il y a fort à parier que l’orga aurait réagi vivement à tout débordement ou signe extérieur incitant notamment à la violence. Pareil en Allemagne. Là-bas, un « simple » salut nazi fait l’objet de poursuites (ça peut monter jusqu’à 3 ans de prison). Plutôt que d’exposer le problème, ces annulations et ces pressions le dissimulent. Parce qu’en fait, le problème n’est pas vraiment Peste Noire, mais une partie de son public. « Pour vivre heureux, vivons cachés » : en étant poussés dans la clandestinité, ce public est libre de faire ce qu’il veut. Est-ce souhaitable ? Certainement pas. Rendre le problème invisible ne le résout pas, au contraire.

KPN flirte avec les limites. Mais ce n'est pas en plaçant le groupe dans la posture de la victime que la "Lumière" va triompher. Parce que les petits procureurs antifascistes ne sont pas des phares de la pensée. On peut aussi faire appel à l'intelligence de ses auditoires. Si quelques crânes rasés ne sont pas dupes. Les autres non plus.

Aller à la barre d’outils