Archive for the ‘ Editorial ’ Category

On vit vraiment une époque pourrie…

slayergreetingsEt c'est pas faute de vous l'avoir dit pendant des années bordel  ! Peu importe que ce soit à la suite d'un pari perdu par cette enflure poilue de hamster (encore occupé à déterrer des archives, c'est tout de même dingue le stock qu'il a en réserve), me voilà ENFIN aux commandes pour écrire un éditorial digne de ce nom.

Plus fort que nostradamus je suis, comme prévu nous voilà avec un hiver pourri jusqu'à l'os, et sans le moindre pet de neige.  Les dernières sorties discographiques ? Non, mais vous vous attendiez à quoi avec le réchauffement climatique ? Voilà, une tonne de recyclé, du réchauffé en pagaille, il ne manquerait plus que des zombies en guise de têtes d'affiches dans les festivals… remarquez à la reflexion, mettre Iron Maiden et Black Sabbath comme le font certains bandits flamands, c'est à la limite du braquage à main armée de festivaliers moutonniers. A ce rythme on se dit que les organisateurs du Hellfest ont tout pigé, ils vous vendent les tickets sans l'affiche, et ça marche.

Pour couronner le tout, il ne manquerait plus qu'une nouvelle tournée mondiale d'adieux d'AC/DC pour aider à la recherche contre la démence. Ou de Scorpions, qui doivent en être à leur 16ème virée d'adieux, on dirait une tournée des bars qui n'en finit pas, c'est moche la vieillesse. (Note du Hamster : tournée confirmée 😀 ). Et une ressortie de la trilogie de la guerre des étoiles pour épater les gogos, je parie que ça va se faire aussi. 

Alors de l'année 2016 les cocos, je n'attends rien, ça fait tout de même trois ans que ces bouffeurs de maïs latinos là, les mayas, nous ont promis l'apocalypse, et toujours rien. Juste une longue diarrhée de mauvaises nouvelles, de proches qui meurent à l'autre bout des Etats Unis, des connaissances qui se font tirer dessus en concert, mais toujours pas LA fin du monde. C'est aussi lent qu'un de ces affreux albums de Doom metal (c'est incroyable comme ils sont productifs dans ce genre, ils ont sorti une tonne de merde en 2015, ça m'étonnerais pas que la moitié de l'équipe se pende d'extase). A la rigueur en y réfléchissant j'aimerais lancer une chaine de pay per view avec le petit tubercule de la rédaction en guise de vedette, agité comme il est on pourrait lancer des paris sportifs et organiser des combats de boue avec les artistes qu'il essaie de chatouiller à longueur d'année. Il y a un filon à creuser, je vais en parler à mon enfoiré de banquier, il me doit bien ça depuis le temps.

Essayez de passer de bonnes fêtes, malgré tout, parce qu'au delà des habitudes et clichés, on n'est jamais à l'abri d'une surprise.

(Note du Hamster toute l'équipe vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année, si quelqu'un voulait bien accueillir Vlad à une fête de réveillon, ce serait vraiment sympa pour nous de nous en débarrrasser, allez s'il vous plait, juste une soirée …).

Edito – 14 ans et un mois plus tard

Bloody-patateMetalchroniques fête ses 14 ans. 14 piges, on imagine déjà le portait de l'ado prépubère… un début de moustache, la voix qui mue, un filet de bave à la vue de pochettes d'albums de Steel Panther… je m'égare, à l'échelle cosmique, il faut garder la tête froide et rester modeste, après tout notre site n'est qu'un éternument d'acarien que personne n'entendra sur Kepler-186f, la lointaine jumelle de notre planète plus si bleue.

La rédaction compte toujours plus de poilus affublés d'une descendance, moins de célibataires, moins de cheveux, et plus de barbe. Reste à défier ZZ TOP sur le terrain de la pilosité, d'ici 20 anniversaires on devrait avoir nos chances. Cela dit nous sommes ravis du chemin parcouru, et nous allons poursuivre une année de plus nos aventures. D'ailleurs nous n'avons pas cessé nos activités, tout au plus nous avons un poil ralenti à l'approche de l'été.
Vu du terrier l'immuable rituel estival a pris le dessus, les uns vont se répandre sur les festivals à la gloire du metal sous toutes ses formes, Wacken, le Motocultor, le Méan et le Deathfest sont en vue. Tandis que les autres, tel Mister Patate, n'ayant plus de groupe de Deathcore à démonter à coups de clavier, se défoulent. D'après ce que nous en avons pigé, pendant que je déterre des chroniques, il enterre ses adversaires au foot US qu'il semble réellement confondre avec une version grandeur nature du jeu Bloodbowl. Et si l'un des joueurs en face à le malheur de ressembler à un chanteur du genre de Suicide Silence, il mange la pelouse et a tête sert de foreuse. 

L'été un poil routinier, c'est en tout cas ce qu'il nous semblait jusqu'au jour ou nous avons appris une nouvelle stupéfiante. Le vénérable Rock Fort Show qui fête plus de 32 ans d'existence, longtemps partenaire de Metalchroniques se voit menacé de disparition de la grille des programmes de la radio Aligre DM (93.1 Mhz à Paris) à la rentrée de septembre 2015. Il semble que la direction de la radio accuse sans fondement l'émission et son équipe d'user d'une "économie souterraine".

On l'avoue, on a bien essayé d'imaginer quelques secondes notre Phil'em All en parrain du Metal, en Pablo Escobar s'enrichissant sur le dos des auditeurs inconscients… Sauf qu'en réalité, l'ensemble de l'équipe est formée par des bénévoles adhérents dont la seule passion est la promotion et la diffusion du Metal. L'équipe n'a jamais perçu le moindre avantage financier au détriment d'Aligre FM, et il faut souligner son engagement pour la soutenir. Le Rock Fort Show n'a jamais ménagé ses efforts en faveur d'Aligre FM, avec des appels aux dons en sa faveur réguliers. 

S i vous voulez continuer à écouter le Rock Fort Show, c'est le moment d'adresser vos messages de soutien aux adresses suivantes :

 

Aligre.secretariat@yahoo.fr – rockfort@aligrefm.org. 

A vos claviers, et merci par avance pour l'équipe du Rock Fort Show.

Hamster

 

 

Qu’on le veuille ou non, le crowdfunding fait maintenant partie des pratiques utilisées par les groupes pour réaliser leurs projets. Ventes d’albums décevantes, labels frileux… Il ne faut pas chercher loin pour comprendre les raisons de cette évolution. En quelque sorte, le crowdfunding est une planche de salut pour bon nombre de groupes, mais voir certains récupérer cette démarche à des fins parfois questionnables me laisse perplexe.

Et pourtant, à la base, le crowdfunding en tant que mode de financement de l’enregistrement d’un nouvel album est séducteur sur le papier : le fan permet au groupe de partager – dans un premier temps avec les participants au projet de financement, et ensuite avec le monde – la musique qu’il a créée. The Project Hate fonctionne de la sorte depuis deux albums, en toute indépendance, et au final, cette démarche leur convient parfaitement. Le hic, c’est qu’un tel projet est voué à l’échec si le groupe en question n’est pas connu. Vous en connaissez beaucoup, vous, des personnes qui miseraient 20 euros sur un groupe inconnu ? Même les labels ne misent plus un kopek sur les jeunes talents ! Le crowdfunding n’est donc, en quelque sorte, qu’une solution pour les groupes établis qui, pour une raison X ou Y, souhaiteraient supprimer quelques intermédiaires… Et encore, des gros poissons comme Exivious (chez Season Of Mist) et Obituary (pourtant signé chez Relapse) ont eu recours au crowdfunding pour leur nouvel album… de là à dire que la pratique, un jour, se généralisera et que les labels se contenteront de promouvoir les albums que « leurs » groupes auront composés/enregistrés sans la moindre intervention financière du label, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas.

Cependant, d’aucuns ont vite compris que le fan, à condition d’être correctement amadoué, est une vache à lait en puissance, bien plus généreuse qu’un label. Vous avez vu les montants dépensés par certains lors des enchères organisées par Megadeth quand Dave a vidé son grenier ? Apparemment, dépenser 50 euros pour une setlist signée (un bout de papier, quoi) n’est pas choquant pour un fan… mais revenons au crowdfunding…

Comme premier exemple (le plus récent en date), je pourrais citer celui de Loudblast, un « pilier du Death Metal français » (c’est pas moi qui le dis, d’où les guillemets) qui, en deux jours, a récolté 4.000 euros en vendant des goodies à ses fanboys pour aller faire la bamboche sur la route avec Death To All. « Partir en tournée » n’a jamais aussi bien rimé avec « mendicité », d’autant plus que le groupe en question laisse la campagne courir malgré l’objectif déjà atteint, histoire d’ajouter du pognon pour des « projets ultérieurs ». « Soutenons le groupe, donnons-lui de l’argent, il le mérite bien ». Il faut vraiment vous rappeler que le dernier album vraiment intéressant de Loudblast remonte au siècle dernier ?

Mais il y a bien pire.

Il y a ainsi le Kickstarter à 1.000.000 de dollars mené par Sepultura pour pouvoir sortir un documentaire sur les 30 ans du groupe. Un putain de million de dollars. Il va être réalisé par Michael Bay ? Il fallait acheter le silence de la femme de Max Cavalera ? Là aussi, mission accomplie, des fans du monde entier ont mis la main à la poche pour récolter ce montant. Dans un monde où on préfère laisser un clodo crever de faim dans la rue, voir des personnes du monde entier amasser un million pour un documentaire retraçant l’histoire d’un groupe qui vivote depuis des années (qui a dit « bientôt 20 ans » ?) me laisse songeur. Ou plutôt nauséeux.

EDIT (23/01) : Il faut savoir reconnaître quand on s'est planté. Le Kickstarter pour le documentaire sur les 30 ans de Sepultura visait à récolter 100.000 $ et il a échoué. Violemment échoué. Pour cette erreur, j'ai été fouetté 15 fois. Et j'ai aimé ça, grrrrr !

Il y a aussi – et c’est certainement le projet plus ridicule – la volonté de Wintersun de récolter des fonds auprès de ses fans pour construire son propre studio. Et pas un studio en carton, hein, non, le studio cosy, avec toutes les commodités, dont l’indispensable (ouais, ils sont finlandais) SAUNA ! Oui, vous ne rêvez pas. En précommandant l’album Time II au format MP3 (sortira-t-il un jour, d’ailleurs ?), le fan de Wintersun participe aux frais de construction d’un studio avec lequel le groupe pourra récupérer ses billes (en le louant à d’autres groupes, par exemple). Si quelqu’un a l’adresse du frontman de Wintersun, qu’il me la fasse parvenir et je lui enverrai deux briques. Ou un sac de ciment.

Alors, le crowdfunding, remède miracle ou attrape-nigauds ? Chacun se forgera sa propre opinion. En quelque sorte, certains pourraient considérer cette démarche comme du chantage. « Filez-nous votre caillasse, sinon vous n’aurez pas de nouvel album / de tournée qui passe dans votre pays ». Chacun est libre de faire ce qu’il veut de son argent, et s’il s’y retrouve au final, pourquoi pas ? Personnellement, je reste plus que mitigé. On peut être fan et soutenir un groupe sans pour autant lui payer tous ses caprices.