Archive for the ‘ Chroniques ’ Category

Obituary – Obituary

Le death-metal est, depuis toujours, une musique connectée à l’adolescence. On éructe, on évacue ses frustrations, on crache à la gueule des institutions, on se libère et, surtout, on fait chier ses parents. Alors que cette scène née des années 80 n’en finit pas de se renouveler (avec de nombreux festivals et pléthore d’albums), certains vétérans gardent le cap. Les titans d’Obituary, après une période de ventre mou (soit de Xecutionner’s return à Darkest day), sont revenus aux affaires. Inked in blood nous le laissait deviner. Obituary en est la confirmation.

Ce douzième album est emballant. Dès « Brave », la machine se met en branle et ne s’arrête plus. Nous ne savons pas si l’approche de la cinquantaine a galvanisé les membres du groupe, mais ici, tout respire la fraîcheur. Les rythmiques groovent comme jamais, la voix de John Tardy possède toujours ce grain inimitable ; même les solos de Ken Andrews se fondent sans effort dans l’ensemble (« Sentence day »). Mieux encore, quasiment tous les morceaux comptent une référence musicale au glorieux passé des Floridiens. Résultat, un sourire vous barre le visage et une envie d’headbanger et de jouer de la air-guitare s’empare de vous. C’est imparable !

Sans renouveler une formule pourtant usée jusqu’à la corde, Obituray nous offre l’album le plus énergique depuis sa reformation de 2005. Du bon travail de la part de vieux briscards à qui on ne la fait plus. Nous avons affaire ici à un classique immédiat et à, sans aucun doute, l’album death-metal de l’année.

Nico. (9/10)

Site Officiel : http://www.obituary.cc/

Relapse / 2017

01. Brave 02. Sentence Day 03. Lesson In Vengeance 04. End It Now 05. Kneel Before Me 06. It Lives 07. Betrayed 08. Turned To Stone 09. Straight To Hell 10. Ten Thousand Ways To Die 11. No Hope

Sur le papier, OPEROSE semble être le fruit de la rencontre entre un guitariste virtuose qui commence à se faire un nom et une chanteuse lyrique en devenir. Les acteurs de cette aventure se nomment Joe McGurk et Jennifer Coleman. Le nom de McGurk doit résonner chez les plus connaisseurs d’entre nous puisque le guitariste bénéficie d’une réputation très positive après avoir sorti un disque avec son groupe OPPOSING MOTION (chronique ici) et un album solo (chronique ). Coleman poursuit, quant à elle, des études à la Royal College of Music de Londres. Ajoutez à ce duo Kevin Deplanche derrière les fûts et un concept album autour de du mythe grec d’Orphée et Eurydice pour obtenir Footprints in the Hourglass, un premier album publié chez Lion Music.

Vu le pédigrée de ses membres, tout un chacun peut deviner qu’OPEROSE évolue dans un style métal symphonique et néo-classique permettant de mettre en avant les talents de ses membres. Le chant lyrique de Coleman répond à la virtuosité de McGurk avec sa six cordes. Le genre musical semble perdre un peu de sa superbe par rapport à la période faste des années 2000 mais cela n’empêche pas de nouveau groupes de tenter leur chance.

La première écoute de ce disque s’avère un peu décevante. Les débats s’ouvrent avec un titre très long, plus de dix minutes au compteur, « Empty Mirrors (Death of Eurydice) ». Le mixage et le mastering ont avoir été confiés à Dennis Ward, le son n’est pas à la hauteur des attentes et gâche nettement le plaisir. Dès les premières lignes de guitare, le soufflé retombe. On se croirait revenu à la fin des années 90 en Italie où pléthore de groupes talentueux sévissaient mais se voyait systématiquement démolir, à juste titre, par la critique pour une production faiblarde et artificielle. OPEROSE souffre du même syndrome et toutes les parties de guitares sonnent un peu cheap. Cela va nettement mieux quand le chant démarre et que McGurk passe en arrière-plan mais cela reste quand même problématique. Rien à redire sur la technique ou le talent mais avec un peu de recul, Footprints in the Hourglass souffre de grosses faiblesses sur la production.

Au niveau du chant, Coleman offre une belle prestation, maitrisée mais difficile de ne pas penser à Tarja Turunen et à NIGHTWISH. Et la comparaison fait mal tant OPEROSE peine à trouver le bon équilibre. Autant avec les premiers NIGHTWISH, le chant lyrique se mariait parfaitement avec la musique du groupe autant ici, le résultat apparait comme un peu forcé et artificiel. Subsistent de bons passages ici et là mais dans l’ensemble, ma mayonnaise ne prend jamais vraiment.

Sur le papier, OPEROSE possède tous les ingrédients pour proposer un album frais et gouteux. Dans les faits, le constat s’avère un peu plus sévère. Malgré le talent évident possédé par les membres du groupe Footprints in the Hourglass laisse plus de regrets de que plaisirs in fine. Les fans de métal symphonique lyrique doivent laisser sa chance au trio mais face à la concurrence des groupes plus expérimetnés et installés les britanniques ne peuvent que souffrir de la comparaison.

Oshyrya (06/10)

 

Site Officiel

Facebook Officiel

 

Lion Music / 2017

Tracklist (57:02 mn) 01. Empty Mirrors (Death of Eurydice) 02. Footprints 03. River of Memories 04. The Long Grass (Seconds Apart) 05. Remember Me 06. Moments 07. The Faded Portrait of Affection 08. Stand Among Angels

On ne compte plus les projets du guitariste italien Frank Caruso, THUNDER RISING ou encore ARACHNES histoire d’en citer deux. Il mène également une carrière solo inaugurée en 2004 par la sortie d’un premier album, Kaleidoscope. Treize ans plus tard, voici la suite avec Kaleidoscope Vol. II.

Pour mettre tous les atouts de son côté, Caruso a construit autour de lui une fine équipe comprenant quelques noms connus de la scène rock/métal. Des guests comme Rob Rock, Alessandro Del Vecchio ou encore Andrea De Paoli sont venus prêter main forte à et apparaissent chacun sur un titre. Très majoritairement instrumental, ce disque fait la part belle à la guitare maîtrisée sur le bout des doigts par Caruso mais ce dernier a eu l’intelligence de favoriser des compositions courtes et variées. Les chansons tournent autour des quatre minutes et affichent un vaste panorama musical dans les ambiances et les rythmes. Les claviers se taillent également une jolie place sur l’affiche et apportent un peu d’épaisseur à l’ensemble. Del Vecchio, De Paoli et Maestro Mistheria ne sont pas venus pour rien.

Le très classic rock « Sunset Strip » côtoie aussi un « Pegasus » beaucoup plus métal mélodique. Caruso a pris le temps de varier les plaisirs et évite ainsi une trop grande lassitude à l’écoute de Kaleidoscope Vol. II. Vous allez me dire et Bob Rock ? Eh bien il intervient sur la seule composition chantée, sur un « Higher Ground » de belle tenue. Les amateurs de hard rock testostéroné seront aux anges avec ce titre soulignant le talent et la complémentarité des deux protagonistes. Rien d’époustouflant quand même mais une efficacité évidente et le pouvoir de rapidement faire taper du pied et secouer la tête. C’est déjà pas mal. La rencontre entre les deux s’est déroulée à l’occasion du Vivaldi Metal Project, la resucée métal symphonique de l’œuvre de Vivaldi. La production s’avère solide avec un son limpide et puissant.

Kaleidoscope Vol. II passe tout seul ce qui n’est pas un mince exploit pour un album quasiment entièrement instrumental. Caruso a su faire la preuve de sa technique sans faille sans tomber dans la démonstration inutile et stérile. L’auditeur attentif aura plusieurs occasions de tendre l’oreille et d’apprécier les multiples atmosphères savamment développées. Le titre chanté avec Bob Rock est un bonus sympathique qui ravira les fans d’IMPELLITTERI et d’ARACHNES. Une bonne surprise.

Oshyrya (7,5/10)

 

Site Officiel

Facebook Officiel

 

Lion Music / 2017

Tracklist (42:51 mn) 01. Silent Lake 02. Higher Ground (feat. Bob Rock) 03. Pegasus 04. Hello Krueger 05. Sunset Strip 06. Back To Power 07. Trip To The Moon 08. Battle Of Giants 09. Break The Cage 10. The Best Things Are Free 11. Progressive Age 12. Magic Mountain