Qu’on les aime ou qu’on les déteste, Manowar est une institution dans notre univers. Mégalo, excentrique, « over the top » comme disent les ricains, le groupe le plus bruyant du monde a su distiller, dans sa prime jeunesse, quelques albums incontournables. Oui, j’en vois qui rient dans le fond, près du radiateur, mais force est de reconnaître que certains de leurs morceaux, malgré les années, n’ont pas pris une ride et restent efficaces en diable. Toutefois, au fil des ans, la machine s’est emballée : feu nourri de sorties (en 5 ans, entre la sortie de Warriors Of The World et celle de Gods Of War, pas moins de 9 sorties officielles sous la forme de DVD, de singles et d’EP), un groupe qui se détache de plus en plus de la réalité, un nouveau record en puissance sonore (139 dB au Magic Circle 2008), un Gods Of War décevant, une réédition inutile de Battle Hymns et, enfin, un nouvel album, The Lord Of Steel, sorti sur le label du groupe. Promo presque inexistante, single peu convaincant (« El Gringo »), ça ne s’annon-çait pas vraiment bien…
 
Par où commencer ? Prenons la production et le son de cet album : à toujours vouloir jouer plus fort, la bande à Eric a dû se flinguer les oreilles. Sinon, comment expliquer ce son de basse envahissant et, surtout, mauvais ? Face à ce mur de basses, la guitare ne fait pas le poids, le déséquilibre est flagrant. Ajoutez à cela une batterie extrêmement « artificielle » (ça sent la retouche à outrance) et vous obtenez déjà le premier gros point noir de cet album.
 
Malheureusement, le problème ne réside pas seulement à ce niveau. Les compos elles-mêmes sont en effet loin d’être efficaces. Tantôt « clichesques » au possible (« Manowarriors » et son refrain que toute personne ayant trois grammes d’alcool dans le sang peut encore reprendre avec entrain, « Hail Kill And Die » qui repasse en revue tous les titres d’albums), tantôt désespérément longs et ennuyeux (« Righteous Glory », « Black List »), les nouveaux morceaux de Manowar manquent de punch et d’efficacité. Eh oui, les années passent, les gars, faudrait peut-être songer à troquer les peaux de bêtes et les slips en cuir contre des charentaises et un gilet en laine… ou du moins arrêter d’écorner encore un peu plus le mythe en sortant des albums aussi peu inspirés.
 
Manowar, les rois du Metal ? Le seul métal qui intéresse encore Joey, Eric et leurs acolytes est l’argent de leurs fans.
 
[2/10] Mister Patate
 
 
ou www.myspace.com/manowarofficial (les deux sont annoncés comme étant officiels)
 
 
Magic Circle Music / 2012
 
1. The Lord Of Steel 2. Manowarriors 3. Born In A Grave 4. Righteous Glory 5. Touch The Sky 6. Black List 7. Expendable 8. El Gringo 9. Annihilation 10. Hail Kill And Die