Archive for the ‘ Démos ’ Category

Savez vous qu’il existe un paysage musical vaste et bigarré dans les tréfonds crépusculaires émanant de notre chère scène Metal ? Moi oui ! Ca doit bien faire 12 ans maintenant que je sonde en ces territoires et j’avoue ne m’être à aucun moment emmerdé ou lassé ! Sans cesse j’accumule de la bête immonde ou autres cerbères phoniques et dois bien souvent agrandir les parois de mon vaste bestiaire ! 

 

Je me permets donc une double incartade à mes habitudes avec cette chronique de ce EP des canadiens de Chthe'ilist  puisque Amechthntaasmrriachth d’une part il est sorti en 2012 et deuxièmement qu’il s’agit aussi d’une Démo.  Il y a plusieurs raisons au fait que je me sois décidé à le chroniquer mais les deux principales sont : l’actuelle activité scénique chargée de Chthe'ilist qui se produira notamment le 14 Octobre prochain à Montréal en première partie du fameux Nader Sade avec Incandescence, Intonateet et Humanity's Disgrace (facebook évènement) ainsi que la préparation du successeur de ce Amechthntaasmrriachth qui est prévu pour dans le courant de l’année 2015 voire début 2016 chez Profound Lore Records. Le groupe annonce d'ores et déjà que Le Dernier Crépuscule (ce sera son nom) est en cours d’enregistrement et que le mixage sera assuré par Greg Chandler (Esoteric et Lychgate ce dernier dont je vous ai parlé ici).

 

Pour ce qui est de la musique présentée sur  les quatres titres de Amechthntaasmrriachth sachez que l’on a à faire à du Death Metal Oldschool ! Le Death Metal  ici pratiqué est un digne représentant de leurs compatriotes du mighty Gorguts ou à certaines formations de la sublime scène finnoise des 90s comme Convulse (news ici et dont Mister Brute Force avait fait la chronique de Evil Prevails l’album de leur retour aux affaires en 2013), Abhorrence (attention pas les brésiliens hein !), Demilich, Adramelech ou à moindre mesure les plus récents Sulgathor (r.i.p) dont on retrouve des membres dans l’énorme Desecresy pour qui je voue un véritable culte. Chthe'ilist partage avec toutes ces formations les mêmes abondances en terme de groove, de technicité, d’accélérations dévastatrices, de tempo Doomy et aussi ces Deathgrowls très graves, profonds et caverneux. Ces derniers nous donnent presque l’impression d’assister à une chorale d’Aliens (je parle des sons fait par le personnage de la mythique série de films là) par moments. J’en profite pour vous informer que tous les vocaux de cette démo ne sont pas trafiqués ! "No pitch-shifters were used in the vocals".

 

Cependant et c’est ce qui fait de cette démo de Chthe'ilist un objet précieux, nos canadiens ajoutent à ce Death Metal très typé une bonne dose d’ambiance horrifique par le biais de nappes de claviers. Cette spécificité lui donne aussi le cachet d’un groupe comme Sulphur Aeon (chronique par moi-même de leur dernière effort Gateway To The Antisphere). Le fait qu’ils partagent les mêmes thématiques Lovcraftiennes dans leurs lyrics participe à renforcer cette impression !

 

Il vous faut absolument écouter et acquérir cette démo si les références que j’ai citées plus haut vous parlent ! Une version k7 audio est disponible via Graceless Recordings (site ici). Quant à moi j’attends le prochain album de Chthe'ilist avec une énorme impatience et en attendant je me jette sur la dernière sortie de Undergang Døden Læger Alle Sår  (chronique ici) dont j’ai fait la chronique en parallèle tant les influences et la musique des deux formations ont en commun ! Death Metallement votre !

 

FalculA 9/10

 

Facebook Officiel


Auto-production – Graceless Recordings / 2012
Tracklist (21:06) : 01. NТtriiodctuionТto Iagorsmataanph 02. Into the Vaults of Ingurgitating Obscurity 03. Scriptures of the Typhlodians 04. VeТcoiitnТaphnatТsmaalр.

Viande – EP 2015

Oui je l’avoue d’habitude j’ai tendance à bouder les démos ! Je sais bien que ce n’est pas très sexy de le clamer haut et fort mais bon je m’en fous ! J’eus fait l’effort à un certain moment mais là c’est bon quoi ! Déjà il y a beaucoup trop de groupes et tous les traiter de façon équitable et loyale ça devient une véritable épreuve de force.  Il ne faudrait que se consacrer à ça et quand on voit la densité et le rythme des sorties de formations déjà installées, on se rend vite compte que faire les deux de manière complète et régulière devient une tâche quasi impossible.

 
Cela étant dit, intéressons-nous à Viande, le groupe qui a eu l’aimable attention de m’envoyer sa première démo sous la forme d’un cd EP. Je ne sais plus si c’est le nom du groupe qui m’a interpelé et donné l’envie de m’y intéresser ou si c’est le fait que ce duo soit de la région Rhône-Alpes ma terre natale. En y repensant maintenant les termes Death Metal Oldschool m’ont aussi bien aguiché. Toujours est-il qu’après avoir consulté leur Bandcamp (où leur EP 2015 est en streaming intégral ici) j’ai eu envie d’attirer l’attention et de le traiter dans Metalchronique.fr.


Le duo savoyard est formé par J (chant et basse) qui a joué auparavant dans un groupe de Black Metal Swarms of Darkness (r.i.p) et B (guitares) qui quant à lui officie au sein de Nahar un groupe de Black Metal de la région Rhône-Alpes et dans lequel il côtoie des membres de Nehëmah ainsi qu’un ex- Himinbjorg et Crystalium. Rien que ça ! Je me rappelle qu’avant de me lancer dans l’écoute de la musique du groupe, à la lecture du background des deux compères et notamment quand j’ai lu les noms de Nehëmah, Himinbjorg et Crystalium, je me suis dit : «  Waow ! Ça peut le faire en fait ! ». En effet votre serviteur apprécie énormément la musique de toutes ces formations !


J’avais vu juste les amis ! Même si j’aurai aimé un traitement sonore un peu plus dense, la qualité de composition et l’originalité sont au rendez-vous !  Ce n’était pas gagné au départ car j’en vois défiler du Death Metal de type néandertalien et je suis devenu assez difficile dans ce domaine que j’affectionne énormément ! Viande à une approche du Death Metal assez expérimental quand on y regarde de plus près et  proche de groupes comme Antediluvian, Portal ou Wrathprayer. Je ne sais pas si c’est dû au fait que ses musiciens aient un Background Black Metal mais j’ai décelé aussi beaucoup de cette influence également commune aux groupes précités dans certains riffs de guitare de ce EP.

 
On s’en rend bien compte dès le premier morceau « Les machoires de l'oubli » notamment sur sa fin. J’ai adoré le second titre et sa touche Noisy et presque Drone en arrière-plan de la trame principale qui reste du Death Metal Oldschool : c'est ce genre de petits détails présent sur l'intégralité du EP qui me fait parler de qualité et d’originalité à propos des compositions un peu plus haut dans la chronique. Dès les premières mesures de « Le Marteau Du Temps » j’ai aussi pensé aux finnois de Abhorrence mais encore une fois Viande reste dans l’évocation et a une manière assez sophistiquée et particulière de faire sonner le tout. Un peu comme Autokrator que j’ai récemment chroniqué (Chronique ici). J’ai adoré le son et le jeu de basse ainsi que certaine tournures et ralentissement Doom sur la totalité du skeud qui m’ont fortement rappelé le mighty Autopsy. Les growlsdeaths profonds et bien maitrisés ainsi que des ambiances maccabres participent à imposer cette atmosphère suffocante et moribonde. Ça aussi j’ai vraiment aimé.


Bref Viande a incontestablement de la très bonne matière première à proposer ! J’ai apprécié et je vous encourage à soutenir fortement ce groupe car il ne lui manque pas grand-chose pour atteindre des sommets de terreur à l’instar des Autokrator,  Antediluvian, Portal ou autres Warthprayer. Pour ma part je vais suivre de près le groupe et attendre leur premier opus avec attention !


FalculA (7,5/10) 

Facebook Officiel


Tracklist (27:10) : 1. Les mâchoires de l'oubli 2. Je vois un crâne noir 3. Le marteau du temps 4. Monde sans fin 5.
Voix.

Atroxentis – Verus Dominus

453383À une époque où les sorties se doivent d’être formatées au possible, prémâchées pour convenir à cette horde de fans édentés adeptes de bouillie sucrée, il subsiste heureusement des groupes plus exigeants, plus ambitieux, qui vont plus loin que le simple « intro-couplet-refrain-couplet-refrain-outro » basique, des groupes qui ont encore des idées. Une intro acide, certes, mais ô combien d’actualité quand j’épluche les arrivages et que je ne parviens pas, après 5 écoutes, à distinguer un morceau d’un autre tant ils sont interchangeables. Alors, quand on a la chance de tomber sur un groupe original, on savoure. On se pose. Hors de question de se le farcir dans les esgourdes dans le train. Non, on prend un casque, on se pose dans un coin où personne ne viendra vous déranger et on profite. Cerise sur le gâteau : dans le cas présent, c’est une sortie indépendante, et là on se dit qu’il y a encore de l’espoir… à moins que ce ne soit justement cette indépendance qui offre plus de libertés au groupe ? Aucune idée, mais en tout cas, Atroxentis a su frapper juste avec ce Verus Dominus qui a tout ce qu’il faut pour venir titiller des formations bien plus renommées mais pas forcément aussi inspirées.

Atroxentis ose et propose 5 morceaux (et une intro) d’un Death Metal travaillé, qui n’entre pas dans la course à la rapidité ou la brutalité. Non, Atroxentis joue plutôt la carte de l’ambiance, quitte à truffer ses morceaux d’interludes plus aériens ou à opter pour le mid-tempo. Sur le papier, on pourrait craindre l’indigestion (pas un seul morceau sous les 10 minutes), mais c’est justement cela qui fait la force de cet album. Verus Dominus prend le temps de poser son ambiance, reprenant certains patterns plusieurs fois au cours de chaque morceau en guise de fil conducteur sans pour autant tomber dans la redite (vous savez, le syndrome Gojira). Ajoutez à cela une production à mes yeux parfaite pour ce genre (mix et mastering made in Pologne, chez Sound Division Studio, excusez du peu), un artwork somptueux et un concept recherché (l’homme vs son environnement) et vous obtenez une galette de Death plus que recommandable.

À l’instar d’un Slaughtery en son temps, Atroxentis fait partie de ces groupes belges bourrés de talent qui mériteraient tellement plus d’attention. Plutôt que de signer des formations à la mode, les labels devraient plutôt donner leur chance à des groupes comme Atroxentis… L’industrie musicale se porterait peut-être mieux… à moins que je ne sois qu’un doux rêveur.

Mister Patate (8,5/10)

Facebook officiel

Indépendant / 2014
Tracklist (57:20) 1. Ante Bellum 2. Initium Possessionis 3. Res Perit Domino 4. Lente Mortis 5. Probatio Diabolica 6. Verus Dominus