Archive for the ‘ Démos ’ Category

Eyes Of The Insane – Eyes Of The Insane

Récemment, j’ai appris que certains groupes n’osaient pas envoyer leur galette à Metalchroniques de peur qu’elle soit chroniquée par bibi. Haha. Je me marre. Comme si mon seul boulot au sein de la rédaction était de tailler sans retenue tout ce qui passe. Face à une telle attitude, une seule pensée me vient à l’esprit : s’ils étaient vraiment convaincus de la qualité de leur album, ils n’hésiteraient pas à l’envoyer. Un peu comme Eyes Of The Insane, petite formation belge qui m’a contacté il y a peu en insistant pour que ce soit moi qui chronique leur première sortie, un trois titres. Même pas peur. J’aime ça… mais est-ce que j’aime pour autant leur musique ?

Pour être franc, il y a à boire et à manger sur cette démo trois titres (et ça me permet de faire une chro track-by-track). "Black Doom", tout d'abord, ouvre les hostilités de manière convaincante. Le rythme est bon, le son est bon, le riff est sympa, il y a une petite touche de groove qui fait du bien par où elle passe. À ce niveau-là, Eyes Of The Insane a su pondre un opener qui fait monter immédiatement la pression et qui attire l'attention. On ne perd pas de temps, on prend à la gorge. Mais qui dit "opener en béton" dit aussi "attention, il va falloir assurer derrière", et "Crucify" peine à faire aussi bien que le premier morceau. Les raisons ? Difficile à dire, mais il se pourrait aussi que le dernier morceau, "Insanity", y soit pour quelque chose. Parce qu'"Insanity" atteint le même niveau de qualité que "Black Doom", avec la même efficacité, le même groove, la même hargne. Un morceau moins bon sur un album entier, ce n'est pas une catastrophe. Sur une démo trois titres, ça fait bien plus mal.

Avec ce premier effort, Eyes Of The Insane n'a pas à rougir. Leur son est efficace, ils ont de bonnes (et parfois de moins bonnes) idées, ils ont un petit je-ne-sais-quoi qui me rappelle Channel Zero (pas le Channel actuel, hein, le bon Channel)… Ce n'est certes pas parfait, loin de là, et la démo souffre de la présence d'un titre plus faiblard, mais on a ici un groupe avec de bonnes bases et je suis sûr qu'à force de persévérance, ils pourront nous proposer quelque chose de plus cohérent et de plus ravageur. Continuez comme ça !

Mister Patate (6,5/10)

Facebook officiel

Autoproduction / 2014
Tracklist (xx:xx) 1. Black Doom 2. Crucify 3. Insanity

 

my-imperiumLes jeunes lyonais de My Imperium n'ont pas perdu de temps. Jugez plutôt. Le groupe fondé il y a un peu plus d'un an, sort sont premier EP Amongst The Ruins composé de six morceaux dont une reprise du fameux "Stabbing the Drama" du non moins fameux Soilwork. Commençons par les choses positives. Les compos sont bien emmenées et les riffs accrocheurs. On constate  toutes les influences d'In Flames période 2000 et des suédois susnommés. "Rise" est ses riffs mi-tempo permettent de mettre en valeur les talents de l'excellent chanteur à la voix puissante et juste. On constate aussi un évident talent de composition avec "A Thousand Scars" d'autant que le groupe se risque à autre chose que le death melodique en introduisant ça et là des éléments blacks et atmosphériques. Tout un programme. Rien de révolutionnaire mais un morceau servi intelligemment au sein d'un Ep respectable.

Alors voilà, dans l'histoire du death suédois tout a été fait – ou presque – et je me demande de quelle manière un groupe pourrait revenir sur un mouvement qui semble être déjà bien entamé. Les lyonnais s'en sortent bien grâce à un sens évident de la mélodie et un bon niveau technique général. Toutefois, est c'est le point négatif de cet EP, le son n'est pas à la hauteur d'un style qui se veut technique, d'une part, et sophistiqué au niveau du mix et du mastering, d'une autre.

Il faut bien couler une première dalle pour avoir une fondation complète, c'est ce qu'est sensé faire un EP, alors gageons que le combo parvienne à transformer l'essai en se montrant plus généreux pour l'album, c'est là tout le mal que je leur souhaite.

Aske (7/10)

Facebook Officiel

Autoproduction / 2014

Tracklisting : 1. Into the fire 2. Rise 3. Breed 4. Time to pay 5. A thousand scars 6. Stabbing the dream (cover Soilwork)

 

oshy_03112013_StormhavOn connaissait la ville rose pour sa douceur de vivre et son industrie aéronautique. Il faudra désormais envisager Toulouse comme un vivier prometteur de groupes métal de qualité. Nouvelle preuve de cette évolution avec aujourd’hui STORMHAVEN. Formé en 2010, nos compatriotes proposent un Death Progressif influencé par des groupes tels que OPETH, NEVERMORE, DEATH, SYMPHONY X ou encore DIMMU BORGIR. Composé de quatre musiciens (Zaza à la batterie, Jo à la basse, Saï au clavier et au chant, Zack à la guitare et au chant) surprend agréablement en proposant un premier EP de six titres, Mystical Journey.

Et encore parler ici de EP peut sembler réducteur puisque que nos amis offrent pas moins de quarante-huit minutes de musique originale. Franchement, ils ne se moquent pas de nous. La première écoute de ce disque impressionne forcément. Loin de facilité le travail de l’auditeur, les compositions complexes élaborées par STORMHAVEN nécessitent une écoute attentive et recueillie. Mais cet effort sera bien vite récompensé quand tout la talent et la maestria des quatre toulousains explosera aux oreilles de tous. Ils n’ont pas choisi la facilité en choisissant un genre musical extrêmement technique et casse-gueule. Les influences citées plus haut sont loin d’être des manchots.

Mais STORMHAVEN a courageusement relevé le défi et s’en sort plutôt bien. Les ambiances sont variées, entre mélodies, riffs agressifs et d’ambiances sombres, presque gothiques. Les claviers sont très présents, ils se mêlent avec grâce et talent avec une guitare tranchante à souhait en rythmique ou en lead. Cerise sur le gâteau, le chant hurlé, parfois clair également, apporte une touche épicée bien agréable. Soulignons la production soignée de Mystical Journey. Le son est clair et développe une belle énergie. STORMHAVEN est un groupe encore jeune et il conserve bien sûr encore une belle marge de progression. Sur la longueur, Mystical Journey souffre de quelques longueurs et les compositions finissent un peu par se ressembler. Les influences sont également encore un peu trop présente et les toulousains devront continuer à travailler pour affirmer leur identité et un caractère original.

Grâce à cet EP, STORMHAVEN fait la preuve éclatante d’un gros potentiel et d’un réel talent pour composer des brûlots Death Progressif/Symphonique. Ne vous arrêtez pas à cette chronique et faites-vous votre propre opinion via la page Facebook du groupe (lien ci-dessous). Vous pourrez écouter et télécharger gratuitement Mystical Journey. Elle est pas belle la vie ?

Oshyrya (7,5/10)

 

FaceBook Officiel

 

Autoproduction / 2013

Tracklist (47:57 mn) 01. Hailstorm 02. Departure 03. The Other Side 04. Peace of Mind 05. Death 06. Mystical Journey