queensryche_qrC’est avec une certaine fébrilité que j’ai lancé la lecture du disque du Queensrÿche de Wilton, Jackson et Rockenfield. Car la médiocrité du disque du Queensrÿche de Geoff Tate, Frequency Unknown, incitait fortement à se pencher vers ce qu’allait réaliser l’autre « Queensrÿche », en espérant y retrouver l’âme et le style du groupe.

Allons à l’essentiel de suite : oui, le « vrai » Queensrÿche est bien là et par dans le « one man’s band » de Tate et de ses mercenaires. Le trio des membres fondateurs associé au guitariste Parker Lundgren et à Todd La Torre a accouché de ce qui ressemble le plus à un disque de Queensrÿche, biffant d’un trait rapide, Hear In The Now Frontier, Tribe ou Dedicated To Chaos. En excluant Geoff Tate de Queensrÿche, Wilton, Rockenfiel et Jackson qui souffraient du comportement dictatorial de leur ancien chanteur, ont décidé de tourner la page en reniant totalement le tournant que Tate avait imposé volens nolens au combo de Seattle.

Le disque du retour tant attendu

Le choix de Todd La Torre s’explique en conséquence : sur ce Queensrÿche son chant est un décalque du chant de Tate de la grande époque, bien que ses montées dans les aigus soient plus rares (on en trouve toutefois sur « Don’t Look Back » et « Open Road »). Si on accepte ce choix, lié à la volonté de recréer un style quasiment disparu, on ne peut que constater que La Torre chante extrêmement bien. Co-compositeur de l’album, il ne semble en rien être un mercenaire venu poser sa voix, mais un membre à part entière du groupe. On ne pourra que constater le soin apporté aux parties vocales : c’est un quasiment sans faute. On retiendra les refrains de la superbe ballade « Open Road », de « The Spore », de « Vindication » voire d’« In This Light ».

Nous voici donc avec un Queensrÿche qui semble prendre la succession de Operation Mindcrime voire même de Rage For Order (1986). Le propos est donc heavy, avec quelques accélérations bienvenues (« Vindication » et surtout « Don’t Look Back ») et pas mal de riffs puissants (« Redemption » signé par Wilton). Un effort a été apporté manifestement pour chaque composition et on ne peut pas vraiment trouver de déchet sur le disque. Pour une fois Wilton – qui avait quand même composé la moitié d’Operation Mindcrime ! – s’est remobilisé, mais Scott Rockenfield et Eddie Jackson ont aussi participé au processus créatif. On sent qu’il s’agissait aussi de retrouver une logique collective pour des musiciens ayant trop souffert des oukazes de Tate.

Deux (lourds) défauts

Cet effort de composition est bienvenu car le disque souffre de deux défauts. D’abord la production trop clinique et froide qui aurait été bonne pour Rage For Order mais pas pour un disque sorti en 2013. Elle noie d’ailleurs un peu le son des guitares ce qui est fâcheux mais met toutefois en valeur certaines parties rythmiques de haute volée. Réentendre la richesse du jeu de Rockenfield sur « Vindication » est un vrai plaisir.

Par ailleurs, le disque est vraiment très court : 35 minutes est une durée qu’on ne voit plus depuis vingt ans si ce n’est pour un EP ! Cette durée, qui correspond à des durées de chanson assez ramassées (jamais plus de quatre minutes) empêche de donner à ce Queensrÿche le statut de disque exemplaire. Il paraît que Wilton a décidé de ne pas sortir pour ce disque toutes ses idées refusées par Tate ces dernières années dans l’objectif d’atteindre quelque chose de plus spontané. Pourtant, dix minutes de plus de musique et un peu plus d’ambition dans la durée des titres pour créer des morceaux plus « épiques » (et progressifs) auraient sans doute changé le statut de l’album.

Qu’importe : Queensrÿche démontre bien que le « vrai » Queensrÿche est du côté de Wilton et des siens. Et que ses derniers ont un gros potentiel créatif. L’horizon est donc plutôt radieux. Il s’agira donc dans le futur de gommer certains défauts tout en conservant cette ligne directrice.

Baptiste (8/10 si on accepte cette durée trop courte)

Site officiel

Century Media / 2013

Tracklist (35:03) : 1. X (intro instrumentale) 2. When The Dreams Go To Die 3. Spore 4. In This Light 5. Redemption 6. Vindication 7. Midnight Lullaby (instrumental) 8. A World Without 9. Don’t Look Back 10. Fallout 11. Open Road